Create
Learn
Share

Tuyaux bactério (2)

rename
xedagiwo's version from 2017-01-26 08:00

Liens utiles

Première partie des tuyaux: Tuyaux bacterio (1)
Patholgies et traitements des bactéries: Principales bacteries
Traitements bactéries et virus: Microbio - traitements
Caractéristiques et pathologies des virus: Viro

Colites pseudo-membraneuses à C. difficile

QuestionRéponse
Facteur déclenchantPerturbation de la flore intestinale (nouveau-né = pas de flore / antibiothérapie)
Mécanisme de virulencePerturbation — Colonisation (source endogène ou exogène) — Toxine (A ou B ou AB ou aucune) — Altération de la muqueuse — colite pseudomembraneuse et/ou diarrhée
DiagnosticRectoscopie — coproculture — toxines dans les selles
2 précautions à prendreDécontamination de la chambre — Isolement entérique
2 antibiotiques utilisablesVancomycine — métronidazole (effet antabuse !)
TraitementArrêt de l'antibiothérapie (remplacement par vancomycine ou métronidazole) — transplantation fécale — vaccins à l'étude — anticorps monoclonaux
memorize

À propos de Staphylococcus aureus

QuestionRéponse
Deux mécanismes de résistance aux ß-lactamesß-lactamase et modification des PBP (gène MEC A, chromosomique) = souches MRSA
Patho cutanéesFuroncle (attention lèvre sup = proche du cerveau) et anthrax — impétigo — folliculite — conjonctivite — orgelet — cellulite — panaris…
Patho digestiveToxi-infection alimentaire
Patho viscéralesAbcès (mammaires, cérébraux, rénaux, pelviens) — ostéomyélite — pneumonie (post influenza) — infections génitales (cervicite, salpingite)
ComplicationsSyndrome de Ritter (épidermolyse) — choc toxique sur septicémie
VirulenceAdhérence (slime, adhésines) — résistance à la phagocytose (capsule polysaccharidique) — enzymes (coagulase) — toxines (PVL, entérotoxines, exfoliatine, TSST)
AntibiotiquesVancomycine (utilisé en dernier recours contre les souches MRSA) — pénicillines stables aux ß-lactamases (oxacilline, méthicilline) — amoxycilline + acide clavulanique
memorize

Infection par tique lors d'un camp scout

QuestionRéponse
BactérieB. burgdorferi
PathologieMaladie de Lyme
DiagnosticSérologie — (PCR)
Manifestations secondairesArticulaires (arthralgies = complexes immuns dans liquide articulaire) — neurologiques (atteinte méningée, paralysie faciale) — cardiaques (péricardite)
RéservoirCerf et autres animaux sauvages (vecteur = tique)
memorize

Un enfant se gratte l'anus tous les soirs

QuestionRéponse
Micro-organismeEnterobius vermicularis (oxyure)
DiagnosticRecherche des œufs dans les selles — scotch tape
TraitementVermox pour toute la famille + répéter après 15 jours (temps de maturation des œufs) + lessive à haute température de tout le linge contaminé
memorize

Infection lors d'un accouchement, espèces à craindre au niveau vaginal

EspècePathologie
N. gonorrhoeaeOphtalmie du nouveau-né
C. trachomatisConjonctivite à inclusions
T. pallidumSyphilis congénitale
E. coliMéningite néonatale
S. agalactiaeMéningite néontale
memorize

À propos de Streptococcus pneumoniae

QuestionsRéponses
3 pathologies impliquant des organes différentsPoumon (pneumonie lobaire, bronchopneumonie, pleurésie) — SCN (méningite) — ORL (sinusite)
Facteur de virulence principalCapsule (résistance à la phagocytose)
Problème du vaccin et solutionNombreux sérogroupes — vaccin contre le polysaccharide des 23 principaux sérotypes
Pourcentage de résistance aux pénicillines en Belgique10 %
Mécanisme de résistance aux pénicillinesModification de l'affinité des PBP pour la pénicilline
memorize

Quelles bactéries pour (1) arthrite aseptique (2) choc toxique (3) stérilité femme (4) scarlatine

BactériePathologies
Y. enterocolitica1
N. gonorrhoeae3
S. aureaus2
S. pyogenes2 et 4
memorize

Pharyngites…

QuestionRéponse
Cause bactérienne la plus fréquenteS. pyogenes
Autres causes possiblesArcanobacterium haemolyticum — streptocoques ß-hémolytiques groupes C et G — germes anaérobies (angine de Vincent)
memorize

Infections nosocomiales et résistances, citer 3 bactéries, leurs résistances et mécanismes de résistance…

BactérieRésistanceMécanisme
E. coliPénicillines (Amoxycilline), céphalosporinesProduction de BLSE
S. aureusPénicillines (méthicilline, oxaciline)Production de ß-lactamases et modification des PBP (MRSA)
EnterococcusCéphalosporinesProduction de ß-lactamases
memorize

Malaria…

QuestionRéponse
Mode de transmissionPiqûre par anophèle femelle infectée de sporozoïtes de plasmodium qui formeront un schizonte dans le foie
Deux organes chez l'hommeFoie — sang
Deux organes chez le moustiqueMuqueuse digestive — glandes digestives
Raison de la fièvreLibération synchronisée des mérozoïtes dans le sang
Fièvre tierce bénigne, bactérie et occurenceP. vivax et P. ovale, toutes les 48 heures
Fièvre tierce maligne, bactérie et occurenceP. falciparum, toutes les 48 heures
Fièvre quarte, bactérie et occurenceP. malariae, toutes les 72 heures
memorize

Tuberculose…

QuestionRéponse
BactérieMycobacterium tuberculosis
Antibiotiques actifs(P.I.R.E.) Pyrazinamide — Isoniazide — Rifampicine — Ethambutol
Protocole du traitementSubstances spécifiques (AB) — polychimiothérapie (éviter sélection et résistances) — longue durée (6 à 9 mois car multiplication lente et localisation profonde des lésions)
Proportion de personnes infectées dans le mondeEnviron 1/3 de la population mondiale (90 % asymptomatique — 9 % guérison spontanée — 1 % caséum)
memorize

Méningites, citer les principales bactéries impliquées et les moyens de vaccination

BactérieVaccin
N. meningitidisVaccins pour sérogroupes A (Afrique) et C (USA, maintenant aussi un peu en Europe)
S. pneumoniaeVaccin polyvalent pour adultes (23 antigènes) ou combiné pour enfants (7 ou 11 antigènes)
H. influenzaeVaccin contre le type b (= souche représentant la toute grande majorité)
memorize

Rapport sexuel avec une inconnue en vacances, symptômes de splénomégalie, fièvre et arthrite…

QuestionRéponse
DiagnosticN. gonorrhoeae — blennoragie (vulvite, vaginite, metrite)
TraitementSpectromycine (injection IM unique) — fluoroquinolones + doxycycline
memorize

Bactéries impliquée dans les MST ?

PathogèneOui ou non
C. albicansNon
T. vaginalisNon
G. vaginalisNon
N. GonorrhoeaeOui
C. trachomatisOui
U. urealyticumNon
T. pallidumOui
Herpes simplexNon (ce n'est pas une bactérie)
H. influenzaeNon
memorize

E. coli…

QuestionRéponse
Différentes souchesEPEC — EIEC — ETEC — EHEC
ETEC, pathologie et toxinesTurista — CFA (fimbriae plasmidique) — entérotoxine ST (thermostable, non immunogène) — entérotoxine LT (thermosensible, immunogène)
EHEC, pathologie et complicationsColite hémorragique — Syndrome hémolytique et urémique — mortalité 5 % — séquelles rénales 40 % — nécessite hospitalisation !
Résistancesß-lactamase (> 50 %) — BLSE — carbapénémase — fluoroquinolones
memorize

Mycoplasma pneumoniae…

QuestionRéponse
PathologiePneumonie atypique primitive
Mécanisme de résistance aux ß-lactamesAbsence de peptidoglycanes (unique dans le règne bactérien !)
memorize

Streptococcus pyogenes…

QuestionRéponse
Pathologies muqueusesPharyngite — sinusite — otite moyenne aiguë
Infections cutanéesFasciite nécrosante — impétigo — erysipèle — surinfection de plaies et brûlures — cellulite
Autres infectionsPneumopathie — salpingite — infections puerpérales
ComplicationsScarlatine — glomérulonéphrite aiguë — rhumatisme articulaire aigu — choc toxique — érythème noueux
memorize

Techniques de diagnostic…

Microbe ou pathologieTechnique
Endocardite infectieuseHémoculture — imagerie médicale
Pneumonie lobaire aiguë (S. pneumoniae)Atteinte d'un seul lobe
Pneumonie atypique primitive (Mycoplasma pneumoniae)Sérologie — PCR — (mise en culture longue et difficile)
Legionella pneumophilaSérologie — PCR — ELISA sur échantillon urinaire — (croissance lente, sur milieux spéciaux)
Mycobacterium tuberculosisIntradermo réaction (attention vaccination !) — radiographie du poumon (calcifications) — examen des expectorations ou lavage broncho-alvéolaire au microscope — PCR
Pyélonéphrite aiguëImagerie médicale pour confirmer le diagnostic
Infection urinaireBactériurie > 10^5 bactérie/ml
MéningitePonction lombaire pour définir l'étiologie virale ou bactérienne (attention il faut aller vite et un traitement antibiotique peut retarder le diagnostic en diminuant le nombre de bactéries dans le LCR) — détection d'antigène — PCR
Listeria monocytogenesMise en culture
Campylobacter jejuniCulture sur milieu sélectif (peu fait car le temps d'avoir le résultat la maladie est finie)
Fièvre typhoïde (S. typhi, S. paratyphi)Hémoculture — (coproculture et sérologie possibles mais moins pratiquées)
SalmonellosesCoproculture sur milieu sélectif
ShigellaCoproculture — antibiogramme nécessaire pour définir le traitement
C. difficileCoproculture — recherche de toxines (A et/ou B) par tests immunologiques — PCR (gènes des toxines). NB: importance d'un diagnostic rapide pour éviter la contagion (isolement du patient, désinfection de la chambre) !
H. pyloriBiopsie par endoscopie (invasif) — test respiratoire à l'urée marquée radioactivement (H. pylori possède une uréase puissante) — sérologie — antigènes dans les selles
C. perfringensCulture plaie — hémoculture
C. tetaniSymptômes et signes cliniques (trismus, opisthotonos), attention lésions parfois très discrètes
Lèpre (M. leprae)Examen direct — (culture impossible car beaucoup trop lente)
C. albicansCulture (tubes germinatifs)
C. neoformansVolumineuse capsule qu'on peut détecter
DermatophytesDiagnostic parfois masqué par des surinfections !
L. interrogansSérologie principalement — PCR (technique la plus sensible) — (culture difficile par hémoculture, LCR ou urines)
BrucellaSérologie ou hémoculture (difficile car culture lente, il faut dire au labo de garder le flacon plus de 5 jours)
B. burgdorferiÉrythème migrant (si infection récente) — sérologie (= principal moyen) — PCR — (culture difficile)
Rickettsia et CoxiellaSérologie
N. GonorrhoeaeExamen direct — culture — PCR (permet de rechercher aussi Chlamydia et Treponema)
ChlamydiaSérologie (le plus fait, permet le dépistage) — PCR (plus cher mais permet de rechercher aussi N. Gonorrhoeae et Treponema) — inclusions dans les cellules épithéliales — ELISA antigènes
TreponemaSérologie (le plus fait, permet le dépistage) — PCR (permet de rechercher aussi Chlamydia et N. gonorrhoeae) — microscopie (difficile) — (pas de culture possible)
Trichomonas vaginalisOn voit la petite bébête qui bouge au microscope, les femmes adorent ça !
Entamoeba histolyticaExamen microscopique des selles (bien reconnaissable) — détection d'antigènes et/ou anticorps
Giardia intestinalisExamen microscopique des selles ou de liquide duodénal (kystes ou trophozoïtes)
TrypanosomaRecherche du parasite dans le sang — sérologie
LeishmaniaExamen microscopique sur biopsie
Malaria (Plasmodium)Goutte épaisse — frottis — sérologie (pas dans les pays pauvres) — PCR (pas dans les pays pauvres)
Toxoplasma gondiiSérologie (dépistage en cas de grossesse prévue) — isolement par inoculation à la souris — PCR — ponction du liquide amniotique (mais attention risque de contagion du fœtus)
TaeniaÉviter de porter des strings, sinon le proglottis se retrouve dans les chaussettes — œufs et PMN éosinophiles au microscope
Enterobius vermicularisEnfant qui se gratte le cul le soir — Scotch tape
Helminthes en généralVer visible à l'œil nu — œufs et PMN éosinophiles au microscope — sérologie
Fasciola hepaticaŒufs dans les selles
SchistosomaŒufs dans les selles ou les urines
EchinococcusImagerie hépatique (pas toujours facile de distinguer kyste et tumeur) — sérologie — biopsie (anapath, PCR) attention à ne pas percer le kyste !
Ascaris lumbricoidesŒufs dans les selles
memorize